Les fleurs alpines fuient en altitude

La flore alpine est de plus en plus à l'étroit en haute altitude selon une étude de l'Université de Vienne et l'Institut WSL.

Cette « fuite vers le haut » est une réaction typique à la température en constante augmentation, à l’apport accru de nutriments sous forme de dépôts atmosphériques, et à l’allongement de la période de végétation.

Les données de répartition de 193 espèces dans les Alpes autrichiennes, suisses, italiennes, slovènes et allemandes ont été étudiées.

En moyenne, les espèces se sont déplacées de 20 à 35 m vers le haut.

Le lien vers le site du WSL

https://www.wsl.ch/fr/news/2018/01/la-flore-alpine-de-plus-en-plus-a-let...

 

La plage d'altitude de l'anémone des Alpes (photo ci - dessus) s'est réduite de 43 %.

Sa limite inférieure de répartition inférieure est fortement remontée tandis que sa limite supérieure est  12 mètres plus bas.

 

 

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer